Les draps aux oursons


Je dormais à poings fermés cette nuit-là. Tout comme Frédéric, mon jeune cousin de 6 ans qui, faute de place dans la maison de mon oncle, partageait aimablement son lit avec moi.  Plus loin dans la même pièce se trouvaient sa sœur et la mienne.  C’est dans l’écho d’un dernier éclat de rire que l’une contre l’autre, candidement, elles se sont endormies.

C’est d’abord une odeur qui m’a éveillée. Fétide et tiède. Plus tard dans ma jeune vie, je l’ai vite associé à celle que dégage l’haleine  d’un ivrogne.  Je n’ai pas eu le temps d’y réagir.  Déjà, dans ma petite culotte, celle-là même que jusqu’à présent  je n’avais jamais osé explorer, j’ai senti  une main cruellement intruse s’y glisser. C’était celle mon oncle. L’infâme, je devais rêver.

Paralysée.  Moi qui me passionne à jouer avec les mots,  qui peine à les utiliser avec adresse, c’est l’unique terme de notre vaste dictionnaire  qui me vienne  en tête pour exposer cet état dans lequel je me trouvais.

J’ai choisi de feindre le sommeil. Mon esprit sans relâche  s’efforçait en vain à  comprendre ce qui se passait. J’ai cru un faible instant avoir répit de cette intruse présence quand d’un souffle haletant, mon hôte s’est retiré brutalement. C’est la gorge sèche et serrée que j’ai constaté qu’il ne faisait que humer ses doigts de porc bien imbibés de mon feu chaste corps.

Quand sa main s’est ensuite aventurée sous mon chemisier, que son membre rigide est venu s’accoler à mon dos, j’ai bien cru que j’allais en mourir. De honte d’abord, puisqu’avant, je le chérissais tant mon oncle.  De rage ensuite, quand en m’enfouissant la tête dans l’oreiller, j’ai perçu qu’il me savait éveillée.  Toujours dans l’incapacité de réagir à ce tourment,  j’ai versé un torrent de larmes dans lequel se trouve  probablement  encore toute la honte que la Terre n’aura jamais portée.

J’ai en souvenir le regard de ma mère, ce matin-là.  Celui accompagnant ces tendres paroles qu’elle allait me chuchoter.  S’inquiétant de mon absence tard en matinée, elle était venue m’enlacer dans les draps aux oursons de Frédéric, où j’y étais toujours cachée.

« T’as rêvé ma belle. C’est un vilain cauchemar qu’il faut vite oublier »

Je lui ai tout dit, oui, et voyez ce que ça a donné.  C’était pourtant la pure vérité.

Publicités

8 Responses to “Les draps aux oursons”


  1. 1 EroDojo 27 mai 2010 à 5 h 11 min

    La vérité qu’il faut crier, qui doit tuer l’ombre qui nous entoure. Les mots libèrent à enchaîner les maux. Prier pour que vous trouviez la force de tout détruire par votre écriture. Bon naufrage qui va vous sauver. C’est au-delà du courage.

  2. 2 ment3use 27 mai 2010 à 13 h 02 min

    Cette vérité, je me dois pas à pas de l’apprivoiser…

    Merci de votre commentaire, il est fort apprécié.

  3. 3 Alexandra 2 juin 2010 à 10 h 31 min

    Je ne sais pas quoi dire comme commentaire mais je me devais d’en laisser un. Tes textes me font un serrement au coeur, des larmes de fureurs et de peine si proche à venir.. Je ne peux pas m’imaginer quelqu’un vivre tout ça, qu’un homme adulte puisse faire ça à une jeune fille.. Je trouve ça écoeurant, dégeulasse.. La façon dont tu l’écris dans tes mots.. J’ai l’impression d’y être. Ça me fait mal.. Mais sûrement pas autant qu’à toi. J’espère que de l’écrire te fait du bien.. Je ne sais toujours pas quoi te dire…

    • 4 ment3use 2 juin 2010 à 11 h 28 min

      Le simple fait que tu laisses ta délicate trace m’enchante.

      En ce qui concerne le bien que peut me faire l’écriture, on verra. Pour l’instant, je trouve plutôt difficile d’extraire tout ça de moi.

      Merci de ta visite et ne laisse pas de larmes se verser pour moi 😉

  4. 5 RedBee 6 juin 2010 à 12 h 10 min

    Je suis triste juste à croire que des enfants aient à vivre ça. C’est incompréhensible. Je ne sais quoi te dire. Courage et espoir, mais je sais que ce n’est pas suffisant.

    • 6 ment3use 7 juin 2010 à 21 h 25 min

      Disons qu’en ce qui concerne le courage, et bien juste le fait d’aligner ces mots m’en quête à en être malade.

      Pour ce qui est de l’espoir, passons… Fait une éternité qu’il a déserté ma vision…

      Grand merci de ta visite. J’apprécie!

  5. 7 Johna984 6 mai 2014 à 2 h 39 min

    Howdy! Do you know if they make any plugins to protect against hackers? I’m kinda paranoid about losing everything I’ve worked hard on. Any recommendations? dkeckddbdebf


  1. 1 Faire comme si « Ment3use Rétrolien sur 27 mai 2010 à 11 h 27 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




En privé

menteuse[à]live.ca

Citation de l’heure

La pudeur est la conception la plus raffinée du vice. Elle parachève l'hypocrisie des sentiments.
- Maurice Dekobra

Sur ma table de chevet

Articles les plus consultés


%d blogueurs aiment cette page :