À fleur de peau


J’ai brisé le cœur de ma vie en allant racoler la mort.  En seulement, cette dernière n’a pas voulu me prendre…

J’ai parfois l’impression que mon mal de vivre a vu le jour au même moment que mon être dégrossait le ventre de maman.  Pendant que mon crâne déchirait sa chair dans le spasme d’un premier souffle, je l’ai déraciné de ses entrailles dans l’écho de ses hurlements.

Et ainsi je suis née, avec cette calamité collée à moi.  J’étais celle dont l’âme mûrissait trop vite pour que son jeune savoir  décode ses sentiments. J’ai grandi dans le désolant espoir de devenir une autre et  je m’empoisonne toujours l’existence à me demander pourquoi.

Je crois bien avoir fait mon premier rêve érotique vers l’âge de 5 ans.  Un cordage invisible me liait à un tabouret pendant que Serge, mon voisin que je détestais, tournait autour de moi en rigolant.  J’étais toute nue et même si je pleurnichais, j’avais l’impression que j’aimais ça.  Je me souviens qu’à mon réveil, mon cœur battait la chamade à l’intérieur de mes sous-vêtements. J’ai croisé les cuisses en me terrant le visage sous les draps.  Sachant que le seigneur pouvait tout voir, je lui ai demandé pardon dans mon langage d’enfant tout en essuyant mes larmes sur le dos de mon ourson.

Mais lorsque que je brûlais aux enfers de mes 13 ans, mes songes étaient bien loin de tous ces questionnements.

Mes yeux sans vie fixaient le plafond de ma chambre d’hôpital qui semblait vouloir s’abattre sur moi. Papa était près de moi et non, maman ne l’accompagnait pas.  Je me laissais bercer par le son de sa voix rassurante sans y déchiffrer le moindre sens.  J’étais prisonnière de ma honte, captive de mon mal-être qui avait bouffé tous mes sens.

Je me concentrais sur ce vide qui logeait dans mes trippes.  Aussi,sur ce goût fade de charbon qui pathétiquement, apaisait les traces laissées par le boyau qu’on a glissé au fond de ma gorge pour en extraire le contenu de mon estomac.

Publicités

8 Responses to “À fleur de peau”


  1. 1 Luc Pierre (dit le salaud) 3 juin 2010 à 9 h 46 min

    Magnifique.

    Je suis ton nouveau fan.

  2. 5 Nanoulaterre 3 juin 2010 à 10 h 07 min

    Ment3use,
    j’ai découvert chez moi un petit Pinocchio tout coloré. J’ai lu tes textes d’un bout à l’autre. J’ai découvert une femme de coeur, mature, au passé extrêmement douloureux et d’un talent vraiment exceptionnel pour écrire son histoire. Je suis en même temps touchée par ton vécu et ton talent de plume. Je ne peux décrire mieux ce que j’ai lu… Je reviendrai au poste, fidèle au rendez-vous. Courageuse tu es… Il faut continuer d’écrire. Comme c’est étrange et quel hasard, je ne connais pas la suite de ton vécu intérieur mais j’y vois des similitudes frappantes avec ce que vit mon grand garçon. Si le coeur t’en dit, et lorsque tu auras un peu de temps, je t’invite à faire une visite dans mes libellés « mon fils ».

    Bonne route et bon courage à toi!!!

    • 6 ment3use 3 juin 2010 à 11 h 57 min

      Ouff…

      Et me voilà avec cette peur de décevoir qui vient obscurcir ce grand bonheur que je viens d’avoir à te lire…

      Tu sais, courageuse est un bien grand mot pour me définir… J’utiliserais plutôt le terme « désespoir » mais on verra, au fil du temps, ce que mes souvenirs en décideront…

      J’ai bien hâte d’aller découvrir ton univers qui m’a donné une première impression de chaleur humaine tellement rare en cette époque d’individualisme égocentrique.

      Sincères merci d’une menteuse qui te supplies de croire la fierté qu’exprime mon Égo à la lecture de ton joli mot!
      😉

  3. 7 Nanoulaterre 3 juin 2010 à 12 h 50 min

    Ne t’inquiète pas Menteuse et reste telle que tu es. Tout est bien beau comme ça.
    Il faut enlever cette peur de décevoir, d’accord?
    Bon courage et continue!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




En privé

menteuse[à]live.ca

Citation de l’heure

La pudeur est la conception la plus raffinée du vice. Elle parachève l'hypocrisie des sentiments.
- Maurice Dekobra

Sur ma table de chevet

Articles les plus consultés


%d blogueurs aiment cette page :